Revenir à Cours de sculpture

Équipe des professeurs

profs_2


LLegrisLuc Legris

St-Félix-de-Valois, mai 2013. Luc Legris, artisan sculpteur, natif de Joliette en 1953, et résidant à St-Félix-de-Valois.
Profil du sculpteur :
Avec un canif reçu à onze ans de son grand-père, il a sculpté le contour d’un chevreuil dans un morceau de pin découpé par son père.
À douze ans, il a été initié au travail du bois par ce dernier en se voyant confier la tâche de construire les tiroirs de l’établi installé au sous-sol où il prendra plaisir à bricoler pendant son adolescence. Quelques quatre années plus tard, à l’aide d’un marteau, d’une râpe et d’un clou de 2½ pouces qu’il a martelé sur une enclume et ensuite aiguisé avec une lime, il a réalisé sa première véritable sculpture dans un bout de madrier de 2×3 en épinette : un hibou (grand duc), qu’il a précieusement conservé jusqu’à ce jour.

Aussi loin qu’il puisse se rappeler, il a toujours aimé dessiner. Un professeur du primaire avait mentionné à son père que son fils allait probablement devenir un artiste, mais, c’est en « art dentaire » qu’il passa les premières années de sa vie professionnelle à sculpter les restaurations dentaires de ses patients. Au début des années 80, il s’inscrit à un cours d’initiation à la sculpture sur bois, comme cours du soir dans une polyvalente. Il réalisera ensuite à quel point cela deviendra une passion pour lui, sous les bons conseils de Luc Poirier, sculpteur bien connu dans Lanaudière.
En 1986, il se joint à un groupe de sculpteurs, soucieux de pousser plus loin l’aventure, devenant un des membres fondateurs de l’Association des Artisans sculpteurs de Lanaudière Inc. Il est d’ailleurs le dernier de ce groupe toujours actif au sein de l’organisme dont il est le président. Il donne des cours aux élèves recrutés par l’Association depuis plus d’une vingtaine d’années, les encourageant à se surpasser dans leurs projets. Il enseigne la sculpture du bas-relief, de la ronde-bosse, en plus de superviser des équipes de sculpteurs sur d’importants projets grandeur nature : maître d’oeuvre de sculptures collectives où il se spécialise dans la sculpture des mains et des visages de divers personnages.

Quelques réalisations à son actif :
Sculpture sur glace :
En trois participations avec son fils Yan aux compétitions « Art et glace » de la CARA, il obtient deux fois le premier prix du jury et une fois le deuxième prix. Il décroche aussi le prix « coup de cour » du public à deux reprises. De plus, il réalise deux sculptures pour Patrimoine Canada en illustrant le développement de Lanaudière, du temps de Barthélemy Joliette. Répondant à des demandes de l’extérieur, il exerce son art à Jonquière, Saint-Antoine-Abbé, Ormstown, Ste-Marcelline, St-Côme. Il a aussi réalisé plusieurs projets en participant à des festivals à Joliette et ses environs.

Sculptures collectives sur bois, agissant comme sculpteur et maître d’oeuvre :
Bas relief en tilleul du Musée de la Maison St-Gabriel : site historique situé à Pointe St-Charles / 150 heures de travail / 8 sculpteurs. Pièce remise à la Maison St-Gabriel.

Catherine Crolo : ronde-bosse en cèdre, de grandeur nature. Il s’agit de la première fermière du temps de Marguerite Bourgeoys avec les filles du roi / 450 heures de travail / 15 sculpteurs. Sculpture remise à la Maison St-Gabriel.

Sainte Famille : magnifique sculpture en cèdre, mesurant sept pieds de largeur par neuf de hauteur, pour l’école Les Mélèzes / 800 heures de travail / 15 sculpteurs. Sculpture remise à l’école Les Mélèzes.

Marguerite Bourgeoys : ronde-bosse personnage grandeur nature, en tilleul / 850 heures de travail / 14 sculpteurs. Sculpture remise à la Maison St-Gabriel.

Scène de la nativité : trois rondes-bosses, sculptées grandeur nature, en cèdre / 2400 heures / 17 sculpteurs. Sculptures remises à la Maison St-Gabriel.

Autres réalisations :
A sculpté pour le Musée de la Maison St-Gabriel cinq répliques, grandeur nature, d’un calumet de paix authentique, ayant servi 300 ans auparavant, en 1701, lors du grand rassemblement tenu entre les Iroquois, les autres nations amérindiennes et les Français, pour la signature d’un traité de paix durable.
Pendant dix années consécutives, il a sculpté une réplique en tilleul de la sculpture de Catherine Crolo, première fermière en Nouvelle France, sous forme de trophée remis annuellement par la Maison St-Gabriel à des fermières s’étant illustrées au Québec dans leur entreprise familiale. Projet financé par la Banque Nationale.
A suivi un cours de confection de meubles traditionnels et se passionne dans la réplique d’anciens meubles canadiens où la sculpture est à l’honneur.
A sculpté le buste de son grand-père, probablement à l’origine de toute cette belle histoire.


MCampeau

Michel Campeau

youtube

 

Chaine Youtube

Google Plus

 

Tout près de chez lui, coule une petite rivière. À l’âge de 8 ans, avec un ensemble de 8 couteaux, il a commencé à sculpter de petites pirogues de bois qu’il mettait à l’eau. Il quitte Chambly suite au décès de son père et il s’installe à Charlemagne avec sa mère ses deux soeurs et deux frères. C’est à cet endroit que ce goût pour la sculpture devient une passion.
Michel aimait tout ce qui avait un rapport étroit avec la sculpture. Même les odeurs de brins de scie qui émanaient de l’atelier de son grand-père l’émerveillaient.
Tout jeune, il avait le sens des affaires. Il mettait ses sculptures en consignation à la Tabagie de la rue Notre-Dame et dès qu’elles se vendaient, on l’appelait pour lui dire que le client était très satisfait. C’est à l’âge de 11 ans et avec ses économies qu’il achète ses premières gouges professionnelles: 11 ciseaux, 1 maillet, une râpe et un manuel d’instructions qu’il possède toujours.

À 15 ans, en juillet 1973, Michel Campeau exerça ses talents à l’Atelier Royal de Bois sculpté où il eut le privilège d’apprendre les secrets de l’affûtage avec un éminent sculpteur italien. Il participa avec cette compagnie à l’exécution de sculptures au Parlement d’Ottawa : pour permettre la diffusion télévisée des débats parlementaires fédéraux, il créa et exécuta la sculpture de la mezzanine dans le pur style gothique de la Chambre des Communes afin de camoufler les caméras. Puis il débute à son compte.
Après l’incendie qui dévasta une partie de la chapelle du Sacré-Coeur de l’église Notre-Dame de Montréal, on fit appel à ses compétences pour recréer certains éléments détruits par le feu en 1978.
La firme Lavallin lui confia l’exécution de sculptures d’un monument pour l’Algérie. Puis il restaura les chapiteaux sculptés de la Maison Alcan, rue Sherbrooke Ouest à Montréal.
Il travailla ensuite pour la création de prototypes de jouets pour la compagnie Ritvik Méga Block. La compagnie Danesco.
Depuis 27 ans, il donne des cours de sculpture à son atelier et le nombre de ses élèves est toujours croissant.
Récemment, il a découvert le plaisir de sculpter des oiseaux et se passionne particulièrement pour l’infinie variété et la beauté des canards. Son enthousiasme, allié à son talent et à son désir de se surpasser lui permettent de réaliser des oeuvres remarquables que les amateurs ont pu apprécier à la Galerie d’art Archambault de Lavaltrie.

Principales réalisations
Président de l’Association des Sculpteurs du Chemin du Roy de 2001 à 2004
Organisation du Festi-glace de Lavaltrie Hiver 1994.
Membre du National Wood Carver Association.
Membre des Sculpteurs de Lanaudière.
Membres de l’association des tourneurs de bois du Québec.
Participation en tant que plus jeunes sculpteurs-ébénistes à la rénovation de la chapelle du Sacré-Coeur de l’église Notre-Dame à Montréal suite à l’incendie de 1978.
Sculpture des pièces composant la galerie de la Presse à la Chambre des Communes à Ottawa (recrutement pan-canadien)

Expériences en enseignement (sculpture et ébénisterie)
Cours de sculptures: à l’atelier Les sculptures Michel Campeau de 1986 à 2007
Cours de sculptures: au Carrefour Sociaux Culturel de Repentigny de 2004 à 2005
Ébénisterie A. Beaucage travail du bois massif en 2005
Ébénisterie: Les sculptures Michel Campeau de 2002 à 2004
Ébénisterie: Ébénisterie C.M.Eng.(produit de tournages pour meubles )

Reconnaissance en tant qu’artiste
Champion canadien: Compétition nationale de sculptures d’appelants en 1996
Biennale des Artistes Canadien en galeries : Exposant à la Galerie Archambault de 1996 à 1997

Participation à la communauté
Sculptures du logo J.B.M. à l’entrée de l’école.


sylvain-188x300

Sylvain Labbé

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu une attirance vers le bois, pour le travailler ou pour y marcher!
C’est d’abord en tant qu’autodidacte que j’ai commencé dans la sculpture. Dans ma jeunesse, j’ai sculpté de multiples bouts de bois en espérant en faire ressortir quelque chose de beau. C’est rendu à l’âge adulte et après avoir investi dans l’achat d’un ensemble de gouges que j’ai vraiment eu la motivation et l’envie de monter d’un cran les possibilités de mes réalisations.
Les rencontres avec l’Association des Artisans Sculpteurs de Lanaudière m’ont fait prendre conscience de mon souci du travail bien fait et mon engouement à partager mes connaissances dans ce domaine.
Mon parcours artistique m’a amené à expérimenter plusieurs facettes. D’abord le dessin, où j’ai appris la représentation des formes et des perspectives en deux dimensions. Ensuite, l’argile m’a permis de me découvrir une passion dans le modelage des formes en trois dimensions. J’aime particulièrement la ronde-bosse qui me permet de relever des défis tous plus stimulants les uns que les autres et la vie est ainsi faite qu’on arrête jamais d’apprendre.


Gilles Levac


Claude Lavallée

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer